Les Scouts Unitaires de France

L'histoire 
En 1958, diverses initiatives françaises, autrichiennes et allemandes se fédèrent pour créer les Guides et Scouts d'Europe. En 1964, la direction des Scouts de France propose aux groupes une réforme de la branche éclaireur (les garçons de 12 à 17 ans). La nouvelle pédagogie scinde la Troupe en deux : d'une part, les pré-adolescents de 12 à 14 ans les "Rangers", en chemises bleue, (à nouveau appelés "Scouts" aujourd'hui), d'autre part, les adolescents de 14 à 17 ans (les "Pionniers", en chemise rouge). L'aventure dans la nature, la B.A., le système de progression (les classes et les badges) sont abandonnés au profit du projet de chantier et d'une culture citadine.

En 1966, les Guides de France adoptent en grande partie la réforme pédagogique et structurelle des Scouts de France, en scindant les Guides en "Aventures" et "Caravelles". De 1964 à 1970, les méthodes "Pionniers-Rangers" et "Unitaires" (une seule pédagogie entre 12 et 17 ans) coexistent au sein des Scouts de France. Ce n'est qu'en avril 1970 que les Scouts de France imposent la nouvelle méthode.

Les bouleversements induits par l'application du Concile Vatican II dans l'Eglise ainsi que les évolutions sociologiques des années 1968 ne sont guère propices à un discernement serein de part et d'autre. En 1971, après plusieurs tentatives avortées de dialogue avec les dirigeants des Scouts de France, une vingtaine de Groupes s'associent pour inventer les S.U.F. De quelques centaines de garçons au départ, les S.U.F. sont vite rejoints par leurs sœurs et deviennent 10 000 en 1980 et 18 000 en 2003.

Les SUF sont une association catholique de scoutisme, dont l'ambition est d'aider les enfants, puis les jeunes, à devenir des femmes et des hommes libres, responsable, utiles et heureux, selon la méthode éducative imaginée par Baden Powell.

Nous accueillons tous les garçons et les filles qui, en plein accord avec leurs parents, veulent vivre le jeu et l'aventure scoute. 

  • De 8 à 12 ans, les filles sont Jeannettes à la Ronde et les garçons Louveteaux à la Meute
  • De 12 à 17 ans, les adolescentes sont Guides à la Compagnie et les adolescents Eclaireurs à la Troupe.
  • De 17 à 20 ans, les jeunes adultes sont Guides-Aînées au Feu ou Routiers au Clan
  • Après 18 ans, ils sont chefs ou cheftaines, bénévoles, engagés dans la responsabilité des plus jeunes. 

Une pédagogie

Les S.U.F. sont très attachés à la pédagogie du "grand frère" ou de la "grande sœur" qui regroupe dans une même patrouille, ou équipe, des garçons, ou des filles, de 12 à 17 ans qui vivent dans une même unité, d'où le nom "unitaires" : la Troupe ou la Compagnie.

  • "Le scoutisme est un jeu plein d'entrain" disait Lord Robert Baden-Powell, fondateur du scoutisme. De 8 à 17 ans, l'enfant comme l'adolescent ont besoin du jeu pour grandir dans un univers à leur mesure. Le jeu est l'activité naturelle de l'enfant qui, par lui, expérimente et découvre le monde. Jouer, pour un enfant, n'est jamais une activité futile. C'est un comportement aussi naturel que peut l'être la respiration. En jouant, on s'amuse, on se fait des amis, on apprend des règles, on se projette dans un monde imaginaire, on rêve, on se passionne, on apprend, on progresse, en un mot : on grandit.
  • Un cadre ? La nature, tout simplement. Chaque garçon et chaque fille est accueilli avec sa vocation particulière. La pédagogie S.U.F. vise à faire fructifier les dons reçus par chacun. La nature est le lieu par excellence de cet épanouissement. L'enfant ou le jeune peut se mesurer à une réalité extérieure qui lui apprend à ne pas se payer de mots : la pluie, ça mouille et la tente prend l'eau si elle est montée de travers ! La nature réclame un effort d'apprivoisement. Elle éveille chacun à un rythme progressif. Elle offre un cadre d'émerveillement et de dépassement de soi.
  • Une progression personnalisée. Les SUF privilégient la personne au groupe. Ils ont la passion de faire grandir Paul, Marion, Ségolène ou François pour qu'il ou elle devienne toujours plus Paul, Marion, Ségolène ou François. Dans chaque unité, le chef ou la cheftaine applique une pédagogie de l'effort et du savoir faire en veillant à ce qu'elle soit la plus personnalisée possible. Et c'est la petite Jeannette ou le jeune Eclaireur qui s'engage personnellement par sa Promesse : chacun est acteur de sa propre progression.
  • La foi chrétienne. La foi chrétienne embrasse tous les instants de la vie scoute : le goûter et le jeu, la randonnée et le service. La progression spirituelle s'exerce dans chaque activité, considérée à la lumière de la grâce. La vie en équipe invite à l'attention aux autres, à la prévenance, au service, à l'accueil, à l'ouverture, c'est à dire à vivre l'Evangile naturellement et spontanément. A chaque âge, à chaque instant, pour chaque enfant, la vie scoute propose une rencontre avec le Christ.
  • Le système des patrouilles. Le génie de la méthode scoute est de réunir dans la même patrouille (la même équipe pour les Guides) des garçons (ou des filles) de 12 à 17 ans. Les aînés sont amenés à dépasser les difficultés de leur âge pour s'occuper des plus jeunes. Ils sont poussés à la qualité, à l'exigence vis à vis d'eux-mêmes parce que les plus jeunes les regardent comme des grands pleins de savoir, de compétence et de maturité. Quant aux plus jeunes, ils sont appelés à grandir par l'exemple de ces grands frères ou de ces grandes sœurs qui les initient petit à petit à l'art de devenir des hommes ou des femmes debout.
Une structure
Les SUF fonctionnent comme une fédération de groupes locaux. Chaque Groupe est sous la responsabilité d'un adulte, chef ou cheftaine de Groupe, formé en camp-école. L'Equipe Nationale assure la formation des chefs et cheftaines, la rédaction des revues et l'animation du Mouvement. Le Chef de Groupe a un contact direct avec le Commissaire Général du mouvement, dont l'action est démultipliée par des Délégués Régionaux.

Le Chef de Groupe fait une grande confiance aux chefs de chaque unité, qu'il a choisis, pour mener au mieux le jeu scout qui convient. Il est le représentant légitime des S.U.F. auprès des parents ou des autorités civiles.

La place de la famille

La famille délègue son autorité aux chefs et cheftaines, ceux-ci en sont mandataires. Les S.U.F. veulent contribuer, comme le fait également l'école, mais d'une façon toute différente, à l'éducation que les parents donnent à leurs enfants. Seuls les parents peuvent légitimement choisir le type d'éducation qui leur convient pour leur enfant et c'est la famille qui est le premier cadre naturel d'épanouissement de chacun.